La clé des ondes

BORDEAUX 90.10

LA RADIO QUI SE MOUILLE POUR QU'IL FASSE BEAU

Bordeaux : les hospitaliers clashent le Ségur de la Santé (et expliquent pourquoi)

  • Actu
  • Social-éco

Plus de 1000 personnes place Pey Berland à Bordeaux ce mardi, les hospitaliers se sont à nouveau mobilisés pour exprimer leur colère et leur revendication avant la fin du Ségur de la Santé.

Commande du podcast

22m

Point Chaud

Actus du jour : Mobilisations des hospitaliers et ouverture de squat

Diffusé le 30/06/2020

Les rassemblements des hospitaliers mènent depuis plusieurs semaines des "mardis de la colère". Celle-ci s'exprime franchement : "Foutage de gueule", "blabla politicien", "flou" et "baratin" qualifient le Ségur de la Santé.

Les hospitaliers se sont mobilisés ce mardi partout en France et notamment à Bordeaux où un millier de personnes s'est retrouvé place Pey Berland. Tous les corps de métiers des hôpitaux publics et privés : agents des services hospitaliers (ASH), aide soignantes infirmières, préparateurs en pharmacie mais aussi sous-traitants.

Des préparatrices en pharmacie hospitalière s'inquiètent des difficultés à recruter, des manques de moyens et des salaires trop bas. Et le Ségur de la Santé ne les rassure pas du tout.

"C'est un peu flou pour nous. C'est pour ça qu'on est là. On fait partie des paramédicaux. On parle des manips radios et des techniciens de labo mais pas des autres. On ne sait donc pas si on va obtenir quelque chose du Ségur de la Santé."

Nathalie est infirmière sur le service d'addictologie au Centre Hospitalier Charles Perrens. Elle ne mâche pas ses mots à propos du Ségur :

"C'est du foutage de gueule. J'espère - et mes collègues aussi je pense - qu'on soit augmenté nettement. Entre 2002 et aujourd'hui, j'ai été augmenté de 500 euros... Déjà je voudrais 500 euros d'augmentation. C'est justifié. C'est une reconnaissance de la profession, de nos trois ans d'études. Ça l'a montré encore plus pendant le covid on est mise à disposition ce qui est normal mais à côté il n'y a pas de reconnaissance."

Elle veut une reconnaissance par le salaire car elle s'estime payée "au rabais". Le Ségur pour elle n'est qu'un "blabla politicien tout lisse avec rien derrière". Elle demande aussi des embauches, les postes infirmiers ne soient plus vacants, que le bonheur et le confort reviennent aussi dans les services.

Eric, délégué CGT Logistique à la Clinique Bordeaux Nord, parle lui de "baratin" pour tenter de "désamorcer la colère sociale" alors qu'il faut des salaires et des embauches. Il veut en finir avec la sous-traitance qui précarise les ASH, les agents d'entretien et les agents en cuisine :

"On dénonce cette logique marchande; C'est ce qui attend les hôpitaux publics où les ASH sont déjà . Ce sont les intérêts du capital qui priment sur la santé de la population et de la santé public. En tant que travailleurs du secteurs privé, on a des intérêts communs avec le secteur public. Il faut une mobilisation d'ampleur pour faire reculer les capitalistes et le gouvernement."

Il voit aussi des ponts sur la situation des entreprises privées qui licencient comme Alcatel. S'il se réjouit de voir une mobilisation forte des hospitaliers, il plaide pour élargir encore la mobilisation. A ce titre, Nathalie lance aussi un appel :

"Je voudrais qu'il y ait plus de monde, que les gens qui applaudissaient tous les soirs soient là. c'est le rassemblement et la solidarité qui vont faire bouger les choses."

Les podcasts

Commande du podcast

43m

Dans Le Casque d'Amélie

Mix SeaSex&Sun : Beck/Foals/Chk/Klangkarussell/Above&Beyond/Moby/Loffler - sorties du 31/07/20 #100

Diffusé le 11/08/2020

Commande du podcast

2h00m

Radio Biche

Diffusé le 10/08/2020

Commande du podcast

1h00m

Nouveautés à la Clé

Diffusé le 10/08/2020

Commande du podcast

1h00m

Ouplidada

Diffusé le 09/08/2020

TOUS NOS PODCASTS
Lecture / Pause de la radio ou d'un podcast
ECOUTER LA RADIO
/
Retour au direct