La clé des ondes

BORDEAUX 90.10

LA RADIO QUI SE MOUILLE POUR QU'IL FASSE BEAU

La rue est à nous, la scène aussi !

    Ce mois ci, vous allez entendre parler de chants féministes contre les frontières, de visibilité des couples de lesbiennes racisées, de décoloniser la lesbianité, du chant du vent et de la difficulté à déclarer sa flamme ...

    Commande du podcast

    1h09m

    Lesbiennes à l'antenne

    La rue est à nous, la scène aussi !

    14/06/2021

    Lire l'article
    Télécharger
    Photo de l'article: La rue est à nous, la scène aussi !

    Dans cette septième émission, noues avons l'immense plaisir de partager avec voues:

    • l'actualité féministe du mois : beaucoup de rendez-vous à noter dans vos agendas et un reportage au coeur (choeurs?) de la manifestation Toutes aux frontières à Nice

    Les marchandes d'Ail d'Anne Moisset

    Fusion de Joëlle Sambi Nzeba et Hendrickx Ntela

    Les infos sur la marche de soutien aux femmes Colombiennes

    Place aux génies lesbiens inscrivez vous pour prendre le micro :-)

    • l'incroyable lesbienne du mois : Tahnee !!!

    • la première chanson lesbienne : Monocle et col dur de Juliette Nourredine

    • la chronique regards lesbiens : s'auteuriser à prendre le micro et la pluralité des cultures lesbiennes

    • la gouinothèque : Orlando de Virginia Woolf, lu par Axelle

    • la deuxième chanson lesbienne : Cantiga do Vento de Alê Kali

    • la rubrique love : Axelle se prête au jeu

    Références citées et pour aller plus loin:

    Tahnee cite :

    • Shirley Souagnon

    • Sororité, livre de Chloé Delaume

    • De mon plein gré, livre de Mathilde Forgé

    • Le coeur sur la table, podcast de Victoire Tuaillon

    • et bien sûr son spectacle: Tahnee, l'autre....Enfin ! tous les mardis à 20h à la Comédie des 3 Bornes 75011 Paris

    En bonus : Gouines et lesbiennes et je ne suis plus hétéro de Tahnee

    La chronique poétique de Souâd fait référence au texte For the white person who wants to know how to be my friend de Pat Parker

    Dans la gouinothèque, noues pensons important de revenir sur 2 mots utilisés par Virginia Woolf : Shérazade et Bohémienne. Noues tenions à préciser que ces mots résument chacun un nombre assez dangereux de stéréotypes et font appel à un imaginaire exotisant et raciste, servant à masquer la pluralité et les réalités de vie des femmes arabes ou perçues comme tel ainsi que des femmes Roms respectivement.

    Recommandations de Sara, Catherine et Souad :

    • Lire Zami d'Audrey Lorde

    • Regarder Nanette de Hannah Gadsby

    • Rire en écoutant/regardant (en anglais) Wanda Sykes, Gina Yashere, Tig Notaro, Jen Brister, DiAnne Smith, Mae Martin, Rhea Butcher, Carmen Esposito ...

    • Lire Sheila Jeffreys

    Des lesbiennes inspirantes, coup de cœur de Chloé :

    • Romaine Brooks (1874-1970): peintre américaine ayant vécu la majorité de sa vie en France et qui faisait partie de la communauté de femmes lesbiennes et bisexuelles (artistes, écrivaines et femmes du monde) qui vivaient assez librement leur sexualité à Paris au début du 20e siècle. Elle a peint le portrait de plusieurs de ces lesbiennes: Natalie Clifford Barney, Una Troubridge (sculptrice, traductrice, compagne de Radclyffe Hall), la peintre Gluck... Elle a aussi réalisé plusieurs autoportraits magnifiques. Celui de 1923, où elle se représente vêtue d'un haut de forme, dans un style très androgyne et mystérieux, est le plus connu.

    • Natalie Clifford Barney (1876-1972): première femme poète à écrire ouvertement sur les femmes aimant les femmes depuis Sappho (en occident en tout cas). Elle est au coeur de la communauté lesbienne parisienne de la Belle époque. Elle tiendra pendant 20 ans un salon de femmes poètes qui sera fréquenté, entre autres, par Gertrude Stein, Radclyffe Hall, Colette, Djuna Barnes, Marie Laurencin, Sylvia Beach... Son jardin abrite une réplique de temple grec devant lequel elle et ses amies dansent vêtues de toges, des fleurs dans les cheveux, recréant à leur façon les rites saphiques de la Lesbos antique. Natalie est connue pour ses nombreuses liaisons féminines (Renée Vivien, Liane de Pougy, Colette, Doris Wilde... ) et son incapacité à rester fidèle à une seule femme. Sa relation la plus importante et la plus longue sera avec Romaine Brooks. Elles se rencontrent vers 1915, alors qu'elles ont toutes les deux autour de 40 ans. Elles entretiendront une relation amoureuse non exclusive qui durera plus de 50 ans.

    Merci à nos auditrices pour leurs recommandations.

    Bande son:

    • générique de la série The L word

    • soundtrack Portrait d'une jeune fille en feu extraits des documentaires Thanks God I am a lesbian et Lesborama

    • hymne du mouvement des femmes kurdes de Bordeaux

    • extrait de la batucada féministe de Bordeaux

    • notes de Suzie Noma de Muthoni Drummer Queen

    • notes de Postman de Mélissa Laveaux

    • notes de Ta reine de Angèle

    Les podcasts

    Commande du podcast

    2h09m

    Télécharger
    Commande du podcast

    1h08m

    Télécharger
    Commande du podcast

    2h59m

    Télécharger
    TOUS NOS PODCASTS
    C-est quoi cette chanson?
    Appelez la radio

    Ecouter le direct

    Ecouter le direct