La clé des ondes

BORDEAUX 90.10

LA RADIO QUI SE MOUILLE POUR QU'IL FASSE BEAU

Municipales : Faire entendre et vivre les débats d'idées démocratiques et populaires

  • Politique
  • Municipales 2020

La liste de Philippe Poutou n'est jamais testée au second tour dans les sondages. Les élus municipaux communistes, insoumis ou du nouveau parti anticapitaliste ne sont pas interrogées. Il faut lutter - toujours - contre le cirque médiatique.

La liste Bordeaux en Luttes se qualifierait selon les sondages d'opinion pour le second tour... mais personne ne sait ce qui se passera lors de ce second tour.

Et pour cause. Les sondeurs ne testent qu'une triangulaire centre gauche-centre droit ( Hurmic, Cazenave, Florian) alors que la quadrangulaire incluant Philippe Poutou semblerait largement accessible. Cette hypothèse de 4 candidats au second tour serait en soi un sacré événement qui questionne l'après-Juppé et la reconfiguration de la politique locale - si ce n'est au-delà.

Mais sans savoir si les sondages disent vrai - il faut toujours s'en méfier (allons voir les travaux d' Acrimed - Action-Critique-Médias pour cela). Il est notable que pour les médias et/ou les sondeurs, la qualification au second tour de la liste Bordeaux En Lutte menée par Philippe Poutou n'a pas à être testée.

L'union trouvée est inédite entre une La France Insoumise (créditée jusque là de 6% quand elle n'avait ni fait campagne ni choisi une tête de liste) et un NPA qui offre un visage populaire (au sens des classes populaires et du capital sympathie). Elle n'est pour autant pas jugée crédible pour atteindre le second tour. Le sondage pour CNews est une petite claque médiatique. La liste dépasse l'extrême droite de Paluteau, commence à faire jeu égal avec une liste LREM. Pour autant, la liste Bordeaux en Luttes n'est toujours pas testée au second tour.

(Et notons que la seule liste avec une femme à sa tête - Lutte Ouvrière menée par Fanny Quandalle - n'apparaît pas)


Même chose dans le sondage du ce jeudi publié par Sud Ouest et produit par Ipsos, la liste conduite par Philippe Poutou ferait 9%. Mais avec une marge d'erreur de deux points, elle pourrait tout aussi bien se qualifier et donc... nous pourrions voir un second tour en sa présence. Pourtant, non, seuls trois candidats ont été proposé pour ce second tour. Toujours les mêmes.

Ce mercredi, les instituts de sondage nous ont appelé non pas pour nous proposer un sondage BVA/La Clé des Ondes mais pour nous demander qui nous allions voter. Et au second tour, Philippe Poutou n'est toujours pas proposé comme choix de vote...

L'enjeu médiatique de faire exister une liste portée par un ouvrier et un camp social en luttes est immense. Pourquoi Philippe Poutou n'a pas été invité par Sud Ouest lors du Débat de TV7 où seuls les trois hommes Hurmic-Cazenave-Florian étaient conviés alors que l'ancien candidat à la présidentielle venait de se déclarer candidat ? En aurait-il été autant si c'était Alain Juppé ou Virginie Calmels qui se disaient finalement candidats ? La réponse est dans la question.

Idem pour La Tribune qui n'avait pas initialement convié Philippe Poutou à débattre avec les trois autres prétendus "principaux" candidats sur les "enjeux économiques" à Bordeaux bien que son analyse politique et personnelle serait plus que pertinente puisqu'il les a subi de pleins fouets en voyant son usine de Ford Blanquefort vidé de ses 900 salariés et de ses machines. Il l'a depuis été.

Plus largement, la gauche est à nouveau sous et mal-représentée. Quoiqu'on pense des questions d'alliances d'appareils, les communistes sont présents dans les conseils municipaux et à la métropole. Ils ont des élus. Leur analyse et leur expérience n’apparaissent pas. Même chose pour les élus du NPA à Lormont et Cenon. Que dire également de la stratégie éditoriale de la radio locale de service public, France Bleu Gironde ?

La campagne des municipales devrait s'y résumer à des interviews individuelles de candidats triés sur le volet pour les matinales : ce qui veut dire des têtes souvent déjà un peu (carrément) connu, des orateurs et oratrices. Notons aussi qu'après le fort mouvement des gilets jaunes marquant le retour en force de classes populaires sur le devant de la scène médiatique, un seul et unique débat contradictoire devrait être produit et ne devrait concerner que la ville de... Bordeaux. Une ville sur 535 communes girondines. Tout va bien...

Les autres villes devront-elles se résoudre à entendre des candidats présents pour servir de caution à l' "équité" de traitement voulue par le CSA et non pour faire entendre les débats démocratiques d'idées dans les communes ?

A la Clé des Ondes, ce sera sans aucun doute imparfait mais nous tenterons avec nos moyens et notre audience de rendre compte dans le mois qui reste des travaux de tous ces élus. Mais la pression doit être mise aussi pour que ces paroles apparaissent dans les médias dominants : Sud Ouest, TV7, France3, France Bleu.

Dans les rédactions, des journalistes se désolent aussi de cette situation et demandent à leurs directions de faire de la place à toutes ces voix. Mais seule une pression populaire pourra faire bouger les choses.

Les podcasts

Commande du podcast

1h29m

L'Autre Parloir

Diffusé le 27/05/2020

Commande du podcast

55m

Point Chaud

Entretien avec Jean-Marie Darmian

Diffusé le 27/05/2020

Commande du podcast

1h29m

Bordeaux Blues

Diffusé le 27/05/2020

Commande du podcast

59m

Le Guide Du Bordeaux Colonial

Diffusé le 27/05/2020

TOUS NOS PODCASTS
Lecture / Pause de la radio ou d'un podcast
ECOUTER LA RADIO
/
Retour au direct