La clé des ondes

BORDEAUX 90.10

LA RADIO QUI SE MOUILLE POUR QU'IL FASSE BEAU

"Ni bloquée, ni fermée" la fac Bordeaux Victoire "est un lieu de vie"

  • Actu
  • Luttes
  • Social-éco
  • Retraites

Sur le campus Bordeaux Victoire, l'auto-organisation des étudiants se poursuit. Concerts, projections, débats et surtout assemblées générales se succèdent. "Et tout le monde est le bienvenue !" Entretien.

Occupée depuis mercredi dernier, l'Université Bordeaux Victoire n'en est pas pour autant fermée.

"Il y a des débats, des salles de révisions pour permettre aux étudiants de pouvoir le faire" assure Kenza, étudiante en sciences politique. Marcel, étudiant en sociologie, renchérit :

"C'est un lieu de vie, d'échanges et d'organisations."

Tous deux admettent une difficulté : tenir l'occupation. Pour cela, l'étudiante souhaite "ramener un maximum de monde pour animer la fac et faire tourner ce lieu."

ProgrammeMardi10Mercredi11

Le programme au sein de la fac Bordeaux Victoire occupée (Xavier Ridon/La Clé des Ondes)

Marcel, étudiant en sociologie, rappelle que la mobilisation estudiantine a démarré suite à l'immolation par le feu d'Anas, étudiant lyonnais également syndiqué à Solidaires étudiant-e-s, toujours plongé dans un coma artificiel.

Nuire à l'organisation estudiantine

Quand les directeurs d'université et le gouvernement "ont vu qu'un mouvement étudiant allait potentiellement se développer, ils ont décidé de fermer administrativement les facs" ajoute Kenza qui estime qu'en rendant impossible les cours, la volonté était de mettre à mal l'organisation des étudiants.

Mais raté, les étudiants de Sciences Po Bordeaux, Bordeaux 2 et Bordeaux 3 ont effectué divers blocages. Une mobilisation qui se décline à différentes échelles sur le plan national.

Construire la grève générale

L'occasion aussi de créer des connexions avec d'autres mobilisations comme ce lundi soir et une assemblée générale interluttes et interprofessionnelles réunissant. A ce titre, Kenza estime que "si le 5 décembre, qui a été historique, a émergé de secteurs très combattifs comme la RATP ou la SNCF et qui ont amené les directions syndicales à appeler à une journée nationale."

Elle craint que le secrétaires nationaux des principaux syndicats (CGT, CFDT) "n'attendent que de pouvoir négocier avec le gouvernement". Or, elle poursuit :

"Le mouvement doit appartenir aux salariés et aux grévistes, qui se lèvent tous les jours, perdent des journées de salaires, se battent pour leur futur. C'est par ce cadre d'auto-organisation qu'on va pouvoir dépasser ces directions du mouvement qui ne représentent personne et construire la grève générale qu'on veut tous."

Cela passe par une participation qu'elle espère massive des étudiants et des enseignants à la manifestation nationale de ce mardi qui, à Bordeaux, débute à 11H30 place de la République.

Photo de Une : Faculté Bordeaux Victoire ce samedi 07 décembre (Baptiste Giraud/La Clé des Ondes)

Les podcasts

Commande du podcast

12m

L'invité.e

5e Semaine des Afriques : les villes africaines avec René Otayek

Diffusé le 24/01/2020

Commande du podcast

59m

Climat de Luttes

Diffusé le 23/01/2020

Commande du podcast

1h00m

Lumières, Lumières

Diffusé le 23/01/2020

Commande du podcast

2h00m

Trait d'Union

Diffusé le 23/01/2020

TOUS NOS PODCASTS
Lecture / Pause de la radio ou d'un podcast
ECOUTER LA RADIO
/
Retour au direct
undefined