La clé des ondes

BORDEAUX 90.10

LA RADIO QUI SE MOUILLE POUR QU'IL FASSE BEAU

"On a besoin de soutien !" Le cri d'alarme d'un infirmier de l'hôpital Saint-André à Bordeaux

Il nous a appelé pour nous raconter l'épuisement des collègues. En ce jour de grève, Maxime Papin, infirmier bordelais et syndiqué CGT, en appelle à toute la population ainsi qu'au maire Pierre Hurmic dont il a été colistier lors de la campagne.

Commande du podcast

18m

Point Chaud

"On a besoin de soutien !" Le cri d'alarme d'un infirmier de l'hôpital Saint-André à Bordeaux

14/10/2020

Photo de l'article: "On a besoin de soutien !" Le cri d'alarme d'un infirmier de l'hôpital Saint-André à Bordeaux

A la veille d'une journée nationale de grève à l'appel de la CGT, Sud et du collectif inter-hôpitaux, Maxime Papin a appelé la radio pour nous confier l'état d'épuisement et d'agacement de ses collègues et de lui-mêmes. L'infirmier à l'hôpital Saint-André à Bordeaux, dénonce l' "épuisement professionnel" qui engendre des burn-outs, des arrêts de travail et des départs à répétitions.

Depuis 10 ans qu'il exerce dans cet hôpital, il avoue n'avoir jamais vu ça. Sans colère, il analyse les causes de ce ras-le-bol : de moins en moins de lits, un manque criant d'effectif, un reste à vivre qui pour les hospitaliers depuis 10 ans a stagné voire baissé, de plus en plus de difficultés pour se loger en ville près des établissements hospitaliers.

La pandémie est une goutte d'eau. Arrivée juste après un mouvement social d'ampleur dans le secteur de la santé, les manques de moyens et de personnels ont entamé la santé des soignants qui n'ont jamais connu de confinement. Les applaudissements, les médailles et le Ségur de la Santé sont au mieux des pansements sur une jambe de bois :

"On demandait 300 euros [de revalorisation salariale] pour arriver juste à la moyenne des pays de l'OCDE même pas le haut du panier. La réponse est celle du marchand de tapis qui négocie et propose finalement 180 euros..."

Il se désole que les embauches ne suivent pas.

Pour cette deuxième vague, il note que même le gouvernement a dit avoir essayé d'ouvrir des lits mais n'a pas pu faute de personnel disponible. Membre du comité hygiène sécurité et condition de travail (CHSCT) de l'hôpital et syndiqué CGT, il est en peine pour prendre ses heures de délégations pour exercer son mandat car il se retrouve assigné suite aux arrêts de travail de ses collègues et aux manques de possibilité de remplacement.

D'ailleurs, ce mercredi lors de son embauche - après notre entretien - il nous écrit :

"Un nouvel arrêt maladie d'infirmier. Je suis assigné demain et je ne peux encore une fois pas manifester pour l'hôpital public"

Pourtant ce jeudi, il espère une mobilisation d'ampleur des secteurs de la santé, du médico-social, du social et de leur soutien. Il rappelle que les agents du médicosocial, les agents de la fonction publique territoriale, les aides à domicile, auxiliaire de vie n'ont pas tous reçu la revalorisation. Pour lui, les hospitaliers en ont "marre du double discours" qui vanterait "les millions" du Ségur de la Santé et masquerait "les milliards" que veut économiser le gouvernement dans son projet de loi de finances de la sécurité sociale (PLFSS) discuté en ce moment à l'Assemblée Nationale.

Il énumère enfin les étudiants infirmiers en troisième année qui ont "fait le boulot d'aide soignant, payés 150 euros par mois", les soignants testés positifs au covid mais qui ne sont "pas symptomatiques et doivent venir bosser" et les services qui mélangent les patients souffrant de cancer ou immunodéprimés avec ceux et celles contaminés par le coronavirus car "il aurait fallu renforcer les services s'ils avaient été séparés".

Il espère une revalorisation des salaires et des carrières et une refonte de la gouvernance de la santé :

"C'est dingue que des gens, qui ne mettent jamais un pied dans un service, prennent des décisions."

Colistier de Pierre Hurmic lors de la campagne, il appelle aussi le maire (qui préside le conseil de surveillance du CHU de Bordeaux), les conseillers municipaux et toute la population à rejoindre la mobilisation de ce jeudi à 14h devant l'Agence Régionale de Santé.

"Après les applaudissements, on a besoin de soutien !"

Retrouvez les revendications de Sud Santé Sociaux 33 et l'USD CGT 33

Photos de Une : Crédit - CGT Saint André

Les podcasts

Commande du podcast

37m

Dans Le Casque d'Amélie

Top 10 des sorties d'albums du 16/10/20 pop/folk/rock/electro/jazz/funk/soul #107

26/10/2020

Commande du podcast

15m

Podcastine

La Zone libre et ces squats que la préfecture démantèle

26/10/2020

Commande du podcast

1h03m

Les Enfants Du Bruit Et De L'Odeur

Le racisme anti-asiatique, une réalité et pas un mythe - avec Isabelle

26/10/2020

Commande du podcast

24m

L'Invité.e Du Jour

"C'est dès la toute petite enfance que le racisme sévit"

26/10/2020

TOUS NOS PODCASTS
Lecture / Pause de la radio ou d'un podcast
ECOUTER LA RADIO
/
Retour au direct
undefined