La clé des ondes

BORDEAUX 90.10

LA RADIO QUI SE MOUILLE POUR QU'IL FASSE BEAU

"Si nous ne faisons rien, les salariés vont encore payer le coût de leur crise" prédit la CGT Carsat Aquitaine

  • Actu
  • Luttes

Les salariés de la Caisse d'assurance retraite et de la santé au travail (Carsat) dénoncent le "discours hypocrite" du président et rappellent que "nous n’aurons que ce que nous saurons prendre…" Nous publions cet appel des syndiqués CGT.

Dans le cadre de la journée nationale de défense de l’hôpital public et de la Sécurité Sociale, notre syndicat a décidé de se joindre à plusieurs syndicats et collectifs en appelant l’ensemble du personnel à la mobilisation et à la grève le mardi 16 juin. La crise sanitaire que nous subissons a démontré la réalité de notre système de santé et plus généralement de notre protection sociale qui n’a fait que subir des attaques depuis des années…(nombre de lits largement insuffisant, désorganisation des services, personnel pas assez nombreux et mal équipé, casse du financement de la Sécu,....).

Le président de la République dans un discours hypocrite affirmait le 12 mars dernier :

« Il nous faudra demain tirer les leçons du moment que nous traversons, interroger le modèle de développement dans lequel s'est engagé notre monde depuis des décennies et qui dévoile ses failles au grand jour, interroger les faiblesses de nos démocraties. Ce que révèle d'ores et déjà cette pandémie, c'est que la santé gratuite sans condition de revenu, de parcours ou de profession, notre Etat-providence ne sont pas des coûts ou des charges mais des biens précieux, des atouts indispensables quand le destin frappe. Ce que révèle cette pandémie, c'est qu'il est des biens et des services qui doivent être placés en dehors des lois du marché… ».

Dans les faits, sans surprise, lui et son gouvernement ont fait tout l’inverse ; poursuivant ainsi leur politique ultra-libérale et de serviteur du grand patronat La crise sanitaire et économique, montrent que les revendications, énoncées par notre syndicat depuis des années, sont plus que jamais d’actualité et nécessaires. Il s’agit de construire un autre projet de société !

Dans un premier temps, le président a appelé à une unité nationale (quels intérêts communs avec ceux qui nous ont plongés dans cette situation ?), puis Macron et son monde ont profité de cette crise pour faire passer lois et ordonnances liberticides, précarisant davantage le monde du travail : vol de jours de Congés Payés et de RTT, élargissement du temps de travail à 60h dans certains secteurs, plans de licenciements massifs, suspension d’inspecteur du travail, répressions...

Des pseudos experts et responsables politiques, à la solde de ce gouvernement archaïque, ont même appelé à la suppression de nouveaux jours fériés et de congés.

D’autre part, les ordonnances Travail de 2016 (avec Valls et Macron au gouvernement) entrent en vigueur dans le cadre des accords de performance collective (APC) qui remplacent les accords de maintien dans l'emploi .Elles conduiront à des baisses de rémunération (chantage à l’emploi) mais aussi par un réaménagement du temps de travail (suppression de RTT, amplitude horaire plus importante, heures supplémentaires avec une majoration moins attractive…) ou encore une modification de l'organisation du travail (changement de poste, de site...).

Cette crise sanitaire est avant tout sociale. Encore une fois, si nous ne faisons rien, ce sont les salariés qui vont en payer le coût. Les désidératas du grand patronat sont, comme habituellement, le journal de bord de ce que l’exécutif ose appeler le « monde d’après ». Nous n’aurons que ce que nous saurons prendre… Malgré le discours du 12 mars, aucun plan d’embauches massif et aucun investissement ne sont prévus dans les hôpitaux, aucune réelle augmentation de salaire (si c’est n’est que quelques primes, et encore pas à tout le monde…et des médailles).

Aucune mesure permettant de faire contribuer toutes les plus grandes fortunes, de rétablir l’ISF, de taxer les dividendes, de lutter efficacement contre la fraude fiscale, de supprimer les exonérations de cotisations sociales patronales. Les grandes entreprises continuent de bénéficier d’aides publiques d’un côté, tout en licenciant de l’autre (sans parler de la fraude au chômage partiel estimée à au moins 25%).

Les contre-réformes scélérates des retraites et l’assurance-chômage ne sont toujours pas abrogées ! C’est qu’il a furieusement la gueule du vieux monde celui d’après ! Tout le monde est concerné par la crise sociale qui s’annonce. Nous ne pourrons compter que sur nous-mêmes pour garder et conquérir des droits sociaux. Soyons tous mobilisés le 16 juin !

Nous appelons donc à être massivement en grève et à soutenir, dans la rue, toutes les actions proposées partout en Aquitaine (en respectant les règles sanitaires)

"Avoir acclamé chaque soir les soignants durant le confinement c’est très bien, mais cette journée nationale d’action est l’occasion pour beaucoup de salariés, beaucoup de citoyens de dire, après les avoir applaudis, on vient les soutenir dans la rue" (Christophe Prud’hommes, urgentiste).

Le syndicat CGT Carsat a déposé un préavis de grève, pour l’ensemble du personnel de la Carsat Aquitaine, avec les revendications suivantes :

  • Défense des services publics et un système de santé de haut niveau

  • Embauches massives et pérennes dans les hôpitaux et organismes de Sécurité Sociale

  • Annulation des plans de suppressions de lits et de postes et ouverture rapide de places et de lits

  • Création d’un pôle public du médicament

  • Le retrait du projet de loi de contre-réforme des retraites

  • Augmentation significative de la valeur du point

  • La fin des exonérations de cotisations sociales patronales

  • La gestion de la Sécurité Sociale par les travailleurs eux-mêmes

  • la réduction du temps de travail à la semaine à 32h avec des embauches : travailler tous pour travailler mieux !

  • Réinstauration de l’ISF

  • Arrêt de distribution de dividendes aux actionnaires

MANIFS et RASSEMBLEMENTS MARDI 16 JUIN 2020

  • Dordogne : Hôpital Périgueux Débrayage rond-point entrée principale de 13h à 16h - Hôpital Bergerac (soit 13h à 15h ou 14h à 16h)

  • Bordeaux : 11H30 Hôpital St-André (côté place Ste Eulalie), puis République, ARS, Préfecture, Gambetta, Intendance, Grand Théâtre

  • Mont-De-Marsan : Rassemblement à 9h00 devant l’accueil de l’hôpital Layné, puis cortège pour rejoindre la place St Roch.

  • Dax : Pique-nique de 12h00 à 13h30 - Occupation du rond-point et du boulevard Yves du Manoir à partir de 13h30

  • Agen : rassemblement à 9h30 devant l’ARS puis 2 actions : - 13h 15h rassemblement devant le Centre Hospitalier d'Agen - 13h30 15h30 au centre hospitalier spécialisé La Candélie

  • Bayonne : 10h30 Sous-préfecture

  • Pau : 10h30 Préfecture

  • Oloron : 13h00 Centre Hospitalier Possibilité de faire une journée, demi-journée ou 55 minutes de grève.

(Communiqué de la CGT Carsat Aquitaine intitulé "Nous ne paierons pas leur crise")

Photo de Une : illustration - banderole accrochée au rassemblement du 26 mai 2020 à Bordeaux (La Clé des Ondes)

Les podcasts

Commande du podcast

1h59m

Trait d'Union

Diffusé le 02/07/2020

Commande du podcast

1h04m

Climat de Luttes

Reportage à Belin-Beliet contre l'implantation d'Alibaba sur 19ha de zone humide

Diffusé le 02/07/2020

Commande du podcast

2h29m

Trait d'Union

Diffusé le 01/07/2020

Commande du podcast

16m

Point Chaud

Actu du jour : les aides soignantes se font entendre devant le conseil départemental de Gironde

Diffusé le 01/07/2020

TOUS NOS PODCASTS
Lecture / Pause de la radio ou d'un podcast
ECOUTER LA RADIO
/
Retour au direct