La clé des ondes

BORDEAUX 90.10

LA RADIO QUI SE MOUILLE POUR QU'IL FASSE BEAU

"Travaille, ferme ta gueule" et ne joue pas au foot

Les clubs de foot, comme tout le sport amateur, sont fermés depuis ce 30 octobre. A Villenave d'Ornon, le président du RC Chambéry livre son sentiment entre incompréhension, injustice et craintes pour les jeunes joueurs et les finances du club.

Commande du podcast

14m

L'Invité.e Du Jour

"Travaille, ferme ta gueule" et ne joue pas au foot

05/11/2020

Photo de l'article: "Travaille, ferme ta gueule" et ne joue pas au foot

Notre invité du jour est Guillaume Latrille, président du Racing Club Chambéry, club de football dans le quartier du même nom à Villenave d'Ornon. On revient avec lui sur la fermeture des clubs sportifs amateurs, décidée par le gouvernement dans le cadre de ce 2e confinement.

Pour lui, cette fermeture apparait comme injuste et dommageable pour les jeunes joueurs et joueuses :

"Les écoles, collèges, lycées sont ouverts, l'accueil scolaire est maintenu. Nous, en septembre-octobre, on a mis en place tout un tas de protocoles sanitaires dans nos clubs, nos instances y ont réfléchi en lien avec les collectivités. On pensait qu'il allait y avoir la même continuité sportive, en même temps que la continuité scolaire. Car l'apport scolaire est hyper important pour la construction d'un enfant, mais l'apport sportif, social, du club et du monde associatif, est aussi hyper important. Le foot c'est 2 à 3 fois par semaine, ça cadence et ça rythme la vie des enfants, ça les sociabilise. Il y a un vrai apport éducatif, sportif, humain."

La fermeture est aussi incohérente, puisque les activités sportives continuent bel et bien dans le cadre scolaire :

"Je ne comprends pas comment, dans le milieu scolaire, ils peuvent continuer à faire du sport en salle avec des protocoles sanitaires, du foot en salle en gymnase, tandis que nous, clubs de foot, qui avons les mêmes protocoles, nous ne pouvons plus proposer nos activités !"

Il nous raconte les réactions de parents, dont certains lui auraient dit : "Finalement, c'est travaille et ferme ta gueule."

"Tout le monde travaille, tout le monde va en cours. Rien ne change dans plein de secteurs. Sauf la restauration, le secteur culturel, du loisir, et le monde associatif et sportif. C'est perçu comme une injustice et une incompréhension. Pourquoi on les prive de leurs loisirs, de quelque chose de si important pour eux ?

Le gouvernement a annoncé qu'il ferait un nouveau point après 15 jours de confinement, laissant ouverte la possibilité d'une réouverture de certaines structures. Mais ce flou ne rassure pas Guillaume :

"C'est la chose la plus insupportable pour tous les responsables associatifs sportifs : d'avoir toujours ce point d'interrogation. On ne sait jamais où on va. C'est compliqué pour gérer notre communication, pour gérer le lien avec les licenciés. Un confinement les yeux bandés est encore plus compliqué."

Pendant ce temps, le confinement a aussi

"C'est très compliqué car bien sûr inédit mais aussi on s'est rendu compte d'une rupture sociale. Dans notre association, on va au-delà de la simple pratique du football, les jeunes viennent deux fois s'entrainer, voir des copains plus jeunes jouer ou voir les seniors, les coachs jouer le dimanche. Toute cette dimension associative a été brisée. C'est très dur sur cette dimension humaine."

Il pointe aussi des conséquences économiques pour les clubs. Ils enregistrent déjà une perte de 18 à 25% des licenciés. Autre gros manque : la fermeture des buvettes le week-end, et l'impossibilité d'organiser des tournois.

"Le gouvernement donne des consignes à notre fédération pour qu'il n'y ait pas de fermeture de club, mais il n'y a pas de fonds alloués à cela. Il faudrait des apports de fonds nouveau, car si on prend sur des enveloppes qui existaient déjà, et qui nous permettaient de financer des formations, l'achat de mini-bus, des constructions de terrains... L'un dans l'autre, on ne s'y retrouve pas, il y a une perte sèche. Il faudrait un vrai plan d'aide national qui aiderait toutes les associations sportives, pour être sûr qu'il n'y ait aucune fermeture et qu'il y ait vraiment une relance.

Entretien a écouter en intégralité dans le podcast au-dessus de la photo !

Photo : Guillaume Latrille (de dos), un entrainement au RC Chambéry.

Les podcasts

Commande du podcast

10m

Le Guide Du Bordeaux Colonial

"on ne nait pas blanc, on le devient" Chronique du livre de Lilian Thuram par André Rosevègue

04/12/2020

Commande du podcast

1h00m

Commande du podcast

29m

Point Chaud

Deliveroo, les Coursiers Bordelais et le Parlement Européen avec Arthur Hay et Leïla Chaibi

03/12/2020

TOUS NOS PODCASTS
Lecture / Pause de la radio ou d'un podcast
ECOUTER LA RADIO
/
Retour au direct
undefined