La clé des ondes

BORDEAUX 90.10

LA RADIO QUI SE MOUILLE POUR QU'IL FASSE BEAU

Trop de personnes sans abri ? Plus de 3800 personnes rappellent à l'ordre la préfecture de Gironde

La pétition de Cecilia Fonseca pour demander une mise à l'abri des personnes laissées à la rue connait un vrai succès. Une preuve de plus de la solidarité en cours alors que le froid hivernal s'installe. Trois questions à la maraudeuse des Gratuits.

Commande du podcast

17m

Point Chaud

Trop de personnes sans abri ? Plus de 3800 personnes rappellent à l'ordre la préfecture de Gironde

12/01/2021

Photo de l'article: Trop de personnes sans abri ? Plus de 3800 personnes rappellent à l'ordre la préfecture de Gironde

Trois questions à Cecilia Fonseca, synthétisant notre entretien complet à écouter en podcast ci-dessus.

La Clé des Ondes : Vous avez participé à l’installation d’une aire d’accueil au Quai des Sports pour les personnes sans domicile fixe, pouvez-vous nous en parler ? Que s’est-il passé et quelle est son utilité ?

Cécilia Fonseca :Avant même qu’ils soient Quai des Sports ils étaient au Palais des Sports à la Ferme Richemont. Nous avions pris la décision avec eux de les déplacer car la cohabitation avec les passants et les commerçants était conflictuelle. La mairie nous avait ainsi sollicités, La Maraude du Cœur et les Gratuits pour partir à la rencontre des différents protagonistes concernés et trouver une solution plus pérenne. On a donc proposé aux personnes sans-abris de choisir un nouveau lieu où elles pourraient s’installer avec en échange la garantie que la mairie n’irait pas les déloger.

"Cette aire d’accueil leur est utile car ils ont pu se trouver un lieu où ils ne sont plus isolés"

Il nous fallait trouver un lieu proche du centre-ville qui faciliterait leurs démarches administratives pour quitter définitivement la rue. C’est comme ça qu’ils se sont retrouvés sous le Pont de Pierre, où nous avons pu leur trouver des tentes. Malheureusement peu de temps après, la préfecture nous a alertés sur les risques d’inondations et nous a demandé de les déplacer. Après avoir discuté avec eux, nous avons donc choisi de les installer temporairement sous les platanes. Ce n’était pas l’idéal à cause de la grande visibilité, des passants qui les regardaient soit avec curiosité soit comme s’ils étaient dans un zoo, et de la proximité avec les personnes à vélo et les enfants gênés par leurs chiens.

nom de la photo

Cécilia Fonseca (Manon Chevalier/La Clé des Ondes)

La tempête Bella nous a poussés à les déplacer à nouveau vers un nouveau lieu accepté par la mairie : le Quai des Sports. Pour les protéger du froid, les sans-abris se sont ainsi construit des cabanes avec les tentes abimées par la tempête et des palettes, comme à Bordeaux Lac. On essaie de les aider de notre mieux. Alors cette aire d’accueil leur est utile car ils ont pu se trouver un lieu où ils ne sont plus isolés, où ils ont pu mieux se protéger des conditions climatiques avec ces habitats d’urgence où l’eau ne rentre plus et où nous, entant qu’associations, nous pouvons facilement les retrouver pour les aider dans leurs démarches administratives. Parce qu’il n’y a rien de pire que de chercher l’un d’entre eux dans tout Bordeaux pour lui donner un papier.

Cette aire d’accueil essuie néanmoins les critiques de la part de l’ancienne majorité de droite notamment mais pas seulement ! La préfecture et même des associations de gauche questionnent ces installations. De votre côté, vous avez pointé l’absence d’actions de la préfecture en lançant une pétition qui a recueilli plus de 3800 signatures pour les inciter à déclencher le plan froid et ainsi ouvrir des centres d’accueil pour les personnes sans domicile fixe.

Ça fait des années qu’on est sur le terrain, les gens qui étaient à la rue le sont encore pour la plupart, même si on a réussi à en accompagner certains vers le logement, c’est très minime par rapport à ce qui aurait dû être fait. Donc ça nous fait sourire d’entendre l’ancienne majorité critiquer la nouvelle. Parce qu’elle au moins elle nous écoute, ce qui n’était pas du tout le cas, en tous cas pas pour nous Les Gratuits ni pour Estelle Morizot avec la Maraude du Cœur. Là maintenant on vient au moins nous demander notre avis et celui des gens de la rue pour savoir quel dispositif leur convient à eux. Donc l’ancienne majorité j’ai envie de dire qu’en quarante ans vous avez largement eu le temps de faire plein de choses donc c’est facile de venir critiquer les associations et la nouvelle majorité qui essaie quand même de nous aider.

"Évidemment il faut un toit pour tous mais le temps administratif vient après et c’est ce qu’on fait aussi."

Et pour les associations qui nous critiquent c’est pareil, dans l’urgence la première chose à faire c’est de trouver de l’eau, de la nourriture et une solution pour les protéger des intempéries. Alors évidemment il faut un toit pour tous mais le temps administratif vient après et c’est ce qu’on fait aussi. Donc ceux qui parlent beaucoup mais qu’on ne voit que très peu sur le terrain je n’ai rien à leur dire.

Concernant la préfecture déjà je vais régler leur histoire d’appel d’air. Les gens que l’on croise dans la rue ce sont ceux que l’on voit depuis des années, ils ne viennent pas juste d’arriver. On les suit depuis longtemps maintenant, la plupart sont en situation régulière. Donc qu’est-ce qui est fait pour eux ? Pourquoi on a des travailleurs dans la rue ? Pourquoi on a des gamins de 15/16 ans français dans la rue ? Pourquoi des femmes enceintes désespérées viennent nous voir à Bordeaux Lac parce qu’elles ont été mises à la rue ? Donc là je me demande ce que fait la préfecture. Ce n’est pas normal. L’organisation d’aide alimentaire, le logement, c’est censé être la préfecture. On aimerait avoir des réponses, d’où cette pétition. Parce qu’on nous dit qu’il y a je ne sais combien de places d’hébergement mais dans la réalité pour avoir une place il faut être une femme, enceinte c’est mieux, sortir de l’hôpital psychiatrique, et avoir la COVID. Dans tous les autres cas il n’y a pas de place.

Estelle Morizot, présidente de l’association la Maraude du Cœur avec qui vous travaillez, souhaite une loi pour aider les personnes sans-abris. Quel est ce projet ?

Son projet concerne la création d’aires d’accueil dans chaque grande ville, sur le modèle des aires de passage pour les personnes du voyage, qui accueilleraient les personnes sans-abris qui n’ont vraiment pas d’autres solutions et les autoriseraient à poser leurs tentes librement et légalement. Ce serait un lieu où ils ne seraient pas dégagés à coups de pieds le matin par la police. Un lieu où les services sociaux pourraient donc comme je l’ai expliqué les trouver pour les aider dans leurs démarches administratives, qui sont aujourd’hui presque toutes dématérialisées et donc impossible à réaliser sans ordinateur ni téléphone. L’aire du Quai des Sports par exemple est pensée sur ce modèle donc ça va beaucoup plus vite pour nous de les aider.

Propos recueillis par Manon Chevalier

Le lien vers la pétition

Pour prolonger la discussion :

Lisez le courrier de l'association Droit Au Logement (DAL33)

Écoutez l'entretien des services de la Préfecture avec la radio RCF Bordeaux

Les podcasts

Commande du podcast

19m

Point Chaud

22/01/2021

Commande du podcast

1h01m

Commande du podcast

15m

Podcastine

22/01/2021

TOUS NOS PODCASTS
Lecture / Pause de la radio ou d'un podcast
ECOUTER LA RADIO
/
Retour au direct
undefined