La clé des ondes

BORDEAUX 90.10

LA RADIO QUI SE MOUILLE POUR QU'IL FASSE BEAU

VIDEO - Retraites : "les seuls gagnants ce sont les assureurs !"

  • Actu
  • Luttes
  • Social-éco
  • Retraites

Sylvie Durand, de l'Union des ingénieurs, cadres, techniciens CGT, dessine les raisons fondamentales de s'opposer à la réforme des retraites. Entretien à l'occasion du débat organisé par la Clé des Ondes et diffusé ce mardi 10 décembre à 18h30.

Commande du podcast

8m

L'invité.e

"Le sens de la réforme est simple : une paupérisation croissante des futurs retraités" pour l'Ugict

Diffusé le 10/12/2019

La Clé des Ondes : Pourquoi demandez-vous le retrait de la loi ?

Sylvie Durand : Certaines réformes ne sont pas amendables car dans leur principe elles sont viciées. La clé de voute de la réforme est de bloquer la part du produit intérieur brut (PIB), les richesses créées par notre travail, dédiée au financement de nos retraites ce qui veut dire aujourd'hui 14% de ce PIB.

Compte tenu de l’augmentation du nombre de retraites - 37% en plus d'ici 2042 - les pensions sont condamnées à baisser en terme de niveau c'est à dire par rapport au salaire de fin de carrière, et baisser en montant s'il y a flambée de chômage ou de récession. Les retraités d'aujourd'hui sont également concernés par cette réforme contrairement à ce que dit Jean-Paul Delevoye.

Donc pour vous les rangs des manifestants ne peuvent que grandir ?

Oui au fur et à mesure que s'opérera le travail d'information, de démystification, de décomplexification.

Mais pourtant le discours officiel dit aussi que, par exemple, l'agriculteur va pouvoir avoir 1000 euros de retraite...

Cela implique qu'il y aurait des gagnants et des perdants à cette réforme. Or, elle ne fera que des perdants car les baisses des niveaux de pensions se répercuteront sur l'ensemble de la population. Peut-être qu'ils feront quelques concessions immédiates pour quelques corporations mais à terme pour les générations dans 10 à 40 ans, le principe de la réforme est simple : une paupérisation croissante des futurs retraités, des générations de jeunes diplômés en particulier des précaires et femmes.

François Fillon disait en 2016 que le système par points "permet une chose, qu’aucun homme politique n’avoue, ça permet de baisser chaque année le montant, la valeur des points et donc de diminuer le niveau des pensions". C'est l'analyse la plus fine de la part d'un gouvernant [il a été premier ministre, ndlr] ?

Au moins, cette déclaration a le mérite de la clarté et de la sincérité. Il a dit tout haut ce que tous les politiques de droite ou macronistes savent mais ne disent pas. En fait, il y a une vaste opération d'enfumage avec des éléments de langage comme "universalité, plus juste, plus simple". La réalité montre beaucoup plus de complexité et d’inéligibilité du futur système.

Le Parisien a mis au grand jour les liens entre Jean-Paul Delevoye et le monde de l'assurance. Cela vous surprend ?

Pas du tout surprise. D'ailleurs, si on veut chercher les gagnants de la réforme, ce seront les organismes assurantiels. Ils exercent un lobby important auprès du gouvernement français comme ceux européens. Car ils ont un enjeu climatique à relever. La fréquence des catastrophes naturels (inondations, incendies, sècheresses...) fait que les modèles actuels des sociétés d'assurance n'est plus viable et moins lucratif.

Si les assurances veulent garder les actionnaires, il faut développer d'autres marchés donc l'épargne-retraite. Rien de plus lucratif : on encaisse de l'épargne sans s’engager à la restituer.

Comment analyser la position de la CFDT qui est de dire "on attend de voir le projet" qui sera présenté ce mercredi ?

La CFDT se laisse abuser par une pseudo-consultation qui a débuté en septembre. Le gouvernement l'a cadré : on pouvait parler majoration familiale, reversions, femmes mais on ne pouvait pas remettre en cause le cœur de la réforme, c'est à dire le plafonnement des ressources appliqués au financement des retraites.

Dès lors que le cœur du système n'est pas remise en cause, il n'y a rien à attendre des annonces d’Édouard Philippe ce mercredi.

Propos recueillis par Xavier Ridon.

Notre débat "Retraites : qui perd, qui gagne, que faire ?" où intervenait Sylvie Durand.

Les podcasts

Commande du podcast

4h59m

Portugal em Bordeaux

Diffusé le 29/03/2020

Commande du podcast

1h59m

Gotham's Contre culture

Diffusé le 28/03/2020

Commande du podcast

3h59m

Onda Latino Americana

Diffusé le 28/03/2020

Commande du podcast

2h59m

Voces Españolas

Diffusé le 28/03/2020

TOUS NOS PODCASTS
Lecture / Pause de la radio ou d'un podcast
ECOUTER LA RADIO
/
Retour au direct
undefined